Les chevaliers infernaux !

« Qu’est-ce qu’un homme ? Ce n’est jamais qu’une créature ayant appris à mentir. De quel droit pareille bête pourrait alors entraver la marche de l’empire ? Détourner le destin de tout un peuple au nom de ses intérêts personnels limités ? Pour quelle raison les foules devraient tolérer les larmes mensongères du lâche et ralentir le pas devant l’avidité du faible ? L’homme qui se noie ne commet nul péché à se débarrasser de ses chaînes et à s’élancer vers la surface. Il devrait en aller de même pour nous. En vertu du droit de nos pères, je brandirai ma lame et, de mon esprit juste, de mon bras impitoyable, je trancherai les membres malades de notre nation et les regarderai tomber en poussière. »
— « Impitoyable, » discours de Daïdan Reis devant la cour de Gaspodar.

La passion tempérée de discipline, le perfectionnement infatigable des talents et l’envie de faire ce qui est nécessaire : telles sont les qualités qui définissent la voie et l’objectif des Chevaliers infernaux, serviteurs de la loi les plus stoïques et redoutés de Golarion. Engoncés dans une armure destinée à inspirer la peur chez quiconque envisagerait de commettre une injustice, les Chevaliers infernaux incarnent la main de fer qui fait régner l’ordre. Dénués de toute émotion et de toute pitié, ils n’ont que faire des circonstances et des accidents. Pour eux, la droiture est un sentier évident et unique. Dans un monde assailli par la corruption sous toutes ses formes, il n’y a aucune place pour la compassion à l’égard des faibles ou des avilis. En traversant les flammes-mêmes de Enfers, ces chevaliers noirs dépouillent leur être de toute peur et de toute faiblesse et renaissent sous forme de terribles parangons de la loi absolue.

L’ordre de la Pointe
« Il faut étouffer la sauvagerie de la terre, de nos maisons et de nos esprits. »
Symbole. De gros clous formant un soleil.
Armure. Cuirasse armoriée d’un visage fiélon, heaume avec des cornes tournées vers l’avant.
Arme de prédilection. Lance ou hallebarde.
Pénitence. Perforation de la chair à l’aide de métal pointu.

Comprenant que tous les hommes ne sont pas égaux, l’ordre de la Pointe patrouille aux frontières de la civilisation, la protégeant des primitifs et des êtres ayant régressés à des époques plus sauvages. Au-delà des ennemis évidents tels que les orques assoiffés de sang et les hordes d’autres humanoïdes violents, l’ordre ne fait aucune différence entre les races, repoussant même les cultures humaines tribales et non-conventionnelles afin de faire de la place pour leurs semblables « civilisés. » Si ces Chevaliers infernaux acceptent que certains peuples ou individus puissent trouver la rédemption, les cultures qui refusent de renoncer à leurs coutumes primitives sont expulsées de leurs terres et, si jamais elles résistent, sont simplement massacrées. La Pointe ne cherche pas les peuples à exterminer, préférant affronter ceux qui menacent les territoires civilisés ou se mettent directement en travers du chemin de l’expansion. Ses chevaliers consacrent également leurs efforts à la défense des terres colonisées, et les membres de l’ordre se posent souvent en juges et en chasseurs de brigands afin de protéger les frontières contre l’anarchie.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s