Pour le Maintien de la Lumière – Acte 2

Crosse d'évèque

Étrange découverte dans la collection de l’A.A.E !

Vos découvertes et réflexions à Londres vont vous conduire sur les traces de ce mystérieux et combien désordonné archéologue français, Francis Delatre !

Le voyage pour rejoindre Paris dure un peu moins de 2 jours. Avec 4 heures pour rejoindre Douvres, 7 heures pour traverser la manche (attente comprise), et 8 heures pour rejoindre Paris.

La ville lumière ne manque à aucune de ses réputations… notamment en ce qui concerne « les p’tites françaises » et leur tempérament… mais la rencontre de Jeanne Martial a bien failli être fatale à votre compagnon ainsi qu’à votre hôte londonien, Arballister Mc Ferman !

Vous devez les abandonner aux bons soins de centre spécialisé, après une attaque cérébrale inexpliquée ! Jeanne, seule témoin, s’enfuit aidée d’un complice à bord une voiture noire…

Vos recherches à Paris vous démontrent si cela était encore nécessaire que Delatre est un imposteur qui n’a jamais obtenu de diplôme d’archéologue, et qu’aider par sa secrétaire « très » particulière, il cache la véritable nature de son activités à l’A.A.E.
Lors de la fouille de l’appartement abandonné dans la précipitation par Jeanne, vous retrouvez un exemplaire d’une thèse datant de 1846 : « Les sombres faits du moyen-âge des Pyrénées orientales », signée par un certain Francis de L’Âtre.
L’abbaye de St-Aignant est décrite comme le lieu de refuge des sorciers qui fuyaient l’inquisition. Pour l’auteur, la soi-disant croisade contre le catharisme n’était qu’une mascarade et qu’il s’agissait en fait de l’élimination de pratiquants de cultes païens : « plus proches de la vérité que toutes les prétendues religions généralement pratiquées ». L’auteur parle d’une mystérieuse crypte, où des sacrifices humains étaient pratiqués pour se concilier les forces démoniaques.
Vous ne pouvez poursuivre plus avant votre lecture, pressés par le temps, mais également abasourdis par la découverte de coupure de presse de « La dépêche du Tarn » évoquant des disparitions d’enfants et des accidents mortels bien étranges !

Ruine de l'Abbaye

L’Abbaye de Saint-Aignan !

Un dernier mot laissé par Delatre à sa secrétaire vous met sur la piste d’un hôtel situé à Carcassonne, ville proche des deux sites officiellement fouillés par Delatre : L’abbaye de Saint-Aignan et la citadelle du Pic de Noir-Mesnil, aux portes de Pyrénées…

La petite ville de Saint Aignan est étrangement calme. Le portrait de la petite Elise récemment disparue, affiché au bureau du garde champêtre, alourdi encore l’ambiance morose des lieux !

L’ensemble de l’équipe travaillant sur le chantier de l’abbaye a récemment été congédié. Même le gardien attitré a été remplacé par un homme rude et méfiant, armé jusqu’aux dents et toujours suivi par ces deux colosses !

S’il impressionne et semble intraitable d’un premier abord, il se fera facilement amadoué à la vue des laissez-passer délivré par l’A.A.E., vous donnant libre accès au site et allant jusqu’à vous assisté dans la fouille des catacombes que vous ne tardez pas à découvrir, mal dissimulé dans la précipitation…

Arrivés dans une première chapelle souterraine vous découvrez un passage secret derrière l’hôtel. Un nouvel escalier vous conduit vers une salle cubique vide, avec une porte vers l’est. Cette porte est surmontée d’une voûte sculptée où d’impressionnants visages infernaux et bestiaux donnent la sensation d’être jaugé par des forces infernales.

Illustration d'une goule

Illustration d’une goule issue du livre « Le Culte des goules »

Après avoir franchi ce passage, vous arrivez dans un dédale de couloir, sculpté à même la roche et vous ne tardez pas à faire face à d’étrange créature, mi humaine, se déplaçant d’un pas lent… Un peu plus loin,  vous débouchez sur une salle naturelle. Elle est sombre et très humide avec des champignons noirs qui poussent sur les parois… deux Goules n’ayant pas encore remarqués votre présence mangent ces étranges champignons.
Après vous avoir débarrassé, non sans bruit de vos étranges hôtes,  vous vous dirigez vers un couloir par lequel un air chaud et vicié remonte,qui donne une mauvaise impression. Comme si un monde entier, peuplé de créatures de cauchemars, se trouvait plus bas…

Revenant sur vos pas vous suivez un autre couloir… Ce dernier mène après 25 mètres à une salle, un peu transformée par la main de l’homme et meublée. On y trouve un bureau de bois vermoulu mais encore solide, une sorte de bibliothèque, mais privée de ses livres, des étagères, du matériel de chimie ou d’alchimie et une armoire massive…

Dans celle-ci,  un corps d’enfant gît bâillonné et attaché, il n’est qu’évanoui…
Remontant à la surface pour secourir l’enfant, vous découvrez qu’il ne parle qu’en espagnol… il aurait été enlevé voici quelques jours… à Paris !

Alors que vous prodiguez les premiers soins à l’enfant, arrive le père Grégorio, avec ses 3 diacres. Cet homme spécialement détaché par le Vatican est un exorciste renommé,  venu régler l’affaire de St-Aignan avec ses 3 aides, dans une voiture noire fermée.

Après une prise de contact quelque peu difficile il prend la direction des opérations et vous incite à retourner « finir » le travail et élucider l’origine de cette étrange mélopée qui hante les lieux…

Reprenant votre recherche là où vous l’aviez laissée,  vous découvrez dans le petit bureau, un épais livre, à couverture de cuir noir. Il s’agit d’un livre très ancien, écrit en latin dont le titre semble pouvoir se traduire par « Le Culte des goules ».

Poursuivant vers la salle naturelle, cette étrange mélopée devient de plus en plus perceptible. Il s’agit bien d’une musique, comme celle d’une flûte aiguë, mais sans logique apparente… Jouant sur un mode inhumain sans prendre de temps pour respirer…

En approchant, on arrive dans une grande salle avec des concrétions calcaires noires et luisantes. Au milieu trône un autel sombre maculé par du sang pas si vieux que cela. Et surtout, la créature qui tient de la flûte qui n’a rien d’humain, ni rien de terrestre d’ailleurs.

serviteur des dieux extérieurs

« L’horreur est sans limites ! »

Les armes à feu ne semble pas affectées outre mesure cette Chose amorphe accroupie dans l’ombre… Son déplacement lent vous laisse néanmoins le temps d’achever cette créature, dont le corps laissé sans vie devient incandescent puis, disparaît dans un nuage de fumée…

Après ce combat, dans un coin de la salle on peut découvrir quelques cadavres d’enfants dont 3 récents et notamment celui de la petite Élise !

Voulant étouffer l’affaire, les diacres du père Grégorio efface les traces des goules et des “anomalies” rencontrées dans les sous-sols de l’abbaye… notamment ce tunnel menant “vers le mondes de Goules”….

Sous le choc de l’horreur et de l’incompréhension, vous retournez auprès du petit garçon que vous avez sauvé d’une mort aussi horrible que certaine…

Votre esprit ne se remettra pas aussi tôt de cette expérience paranormale !

Pendant le temps que vous reprenez vos esprits, le Père Grégorio contacte les forces de l’ordre locale et arrange une vérité faite de sectes sacrifiant des enfants pour la version officielle des autorités…

Mais Delatre court toujours… et vous savez aujourd’hui qu’il est capable de ce que votre esprit n’aurait pu imaginer  !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s