23-Mars-2012 : Soirée JdR en hommage à HPL !

« N’est pas mort ce qui à jamais dort
et au fond des âges, peut mourir même la mort »

Publicités

Pour le Maintien de la Lumière – Acte 1

Heinrich Schliemann

Heinrich Schliemann

Avril 1926 – Département d’Histoire de l’Université de Boston

Suite à une expertise entrepris pour le compte de l’association des Amis de l’Art Européen, dont les membres du bureau sont de riches et généreux mécènes, les investigateurs se voient confier une enquête pour découvrir l’origine des fraudes mises en évidence.

Ce groupe subventionne près de 20 sites de fouilles dans le vieux monde, et depuis quelques mois, les objets collectés arrivent à Boston.

L’expertise a pu confirmer les soupçons de certains membres de l’A.A.E et des experts du département d’histoire de l’université de Boston :

  • Certains objets ne correspondent pas tout à fait au peuple ou à l’époque dont ils font partie. Par exemple : deux vases phéniciens ont été trouvés dans des sites grecs, ou bien une épée macédonienne dans un tombe crétoise.
  • Quelques objets sont de toutes évidences des faux: Par exemple: une réplique d’une dague de chasse allemande du XVII° siècle, ou bien un ciboire qui n’est pas en or mais doré.

Un troisième élément troublant, mais qui n’a visiblement pas été remarqué par de nombreux experts, concerne une crosse d’évêque datant du XII° et venant de Provence. La relique est fausse, les sculptures ont été grossièrement imitées : des anges étranges avec des cornes, des satyres à visage bestial. Les inscriptions ont été mal reproduites seul 1 nom est lisible (et encore) Nyarlam Otep.

L’objectif de la commission d’enquête sera de remonter la filière des œuvres d’art volés et de régler le problème des fraudes.

Mai 1926 – Les entrepôts de Londres

Le Voyage depuis les Etats-Unis vers Londres (départ le 25 Avril, New-York), se fait à bord du paquebot « Le Celtic». Mc Ferman, le responsable du bureau londonien de l’A.A.AE leur a réservé une chambre par personne au Little Black Hotel près de la City.

Dans les jours qui suivent, les investigateurs ont l’occasion de découvrir le fonctionnement du bureau et des entrepôts de Londres. Ils ont également l’occasion de rencontrer 4 des 6 archéologues chargés de la supervision des sites financés par l’association :

  • Sir Patrick Francis (anglais) : il revient de Norvège où il fouille un village Viking.
  • Sir Herbert Yardgrave, (anglais) il y est depuis 15 jours et revient de Grèce. Il part le lendemain en vacances dans son domaine de Cornouailles.
  • Heinrich Schlieman (allemand) il vient de finir de travailler sur un site autrichien, il part en Grèce dans 1 semaine et espère trouver la ville mythique de Mycènes.
  • Juliano di Rosso (italien) : en vacances actuellementil est de passage à Londres. Il fouille en ce moment le site sicilien.

Les 2 autres archéologues sont :

  • François Delattre (Français) : en ce moment en France, où il supervise la fouille des sites de Bretagne et de Provence.
  • Sean Lafferty (Américain) : en ce moment à Alexandrie (au repos), il est responsable de la fouille des sites égyptiens.